Enfants - Page 3

  • ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP/RENCONTRE AVEC DES PARENTS

    Vous êtes parents d'un enfant en situation de handicap moteur avec ou sans troubles associés alors cette information vous concerne.

    Les élus landais de l'APF vous proposent une rencontre.

     

    Dans notre département, l’APF est représentée par plusieurs entités :

    • La Délégation Départementale des Landes
    • le SAMSAH (Service d’Accompagnement Médico-Social pour personnes Adultes Handicapés),
    • le SAVS (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale),
    • le SESSD (Service d’Education et de Soins Spécialisés à Domicile).

     

    et, est constituée de différents acteurs :

    • des adhérents
    • des membres du Conseil Départemental au sein de la délégation, élus par les adhérents du département pour porter leurs revendications, et les représenter dans différentes commissions afin de protéger leurs droits
    • des bénévoles  admirables
    • des salariés qui s’impliquent.

    L’ensemble de ces personnes et structures constitue la force vive de notre association. Il est primordial pour nous tous que nous nous battions pour l’inclusion et le respect de nos droits et ceux de nos proches, et pour ce faire, nous devons être le plus nombreux et solidaires possible.

    Afin que vous preniez la mesure de l’importance des rôles que nous pouvons jouer ensemble, nous vous proposons de nous rencontrer et que nos voix ne fassent qu’une auprès des pouvoirs publics.

    Lundi 25 novembre à 18h30 – salle du petit Bonheur - 243 chemin de l’évasion  à Mont-de-Marsan.

    Dans l’attente du plaisir d’échanger avec vous,

    Bien cordialement,

     

                                                                                           Les élus du Conseil Départemental

    Cette rencontre implique de notre part un déplacement qui nécessite une organisation spécifique du fait de notre propre situation de handicap.

    Aussi nous vous remercions de bien vouloir impérativement nous confirmer votre présence au 05.58.74.67.92 ou par courriel dd.40@apf.asso.fr. au plus tard le Mardi 19 novembre 2013.


  • TRANSPORTS SCOLAIRES

     source: direction de la communication et des ressources de l'APF

    12 septembre 2013

    Transports scolaires :

    Vers une ghettoïsation des élèves en situation

    de handicap ?

     

     

    L’Association des paralysés de France (APF) tient à réagir vivement suite à la réponse du Ministère chargé des transports, de la mer et de la pêche sur les transports scolaires pour les élèves en situation de handicap.

    En effet, le Ministère affirme qu’il n’est pas nécessaire de rendre accessible l’ensemble des points d’arrêts des lignes de transports scolaires et que le transport spécialisé suffit aux besoins des élèves en situation de handicap ! Privilégier le transport spécialisé pour ne pas respecter l’échéance de mise en accessibilité des transports publics est une proposition honteuse et contraire à l’avancée vers une société inclusive ! C’est aussi ghettoïser les enfants en situation de handicap en ne leur permettant pas de vivre une scolarité comme et avec les autres élèves !

    L’APF refuse cette proposition indigne et demande au gouvernement des annonces concrètes lors du Comité interministériel du handicap du 25 septembre, afin de respecter l’échéance d’accessibilité au 1er janvier 2015, notamment sur le transport scolaire des élèves en situation de handicap.

     

    Interpellé par M. Jean-Léonce Dupont, Sénateur du Calvados, le Ministère a repris à son compte les arguments des lobbies « anti-accessibilité », dont ceux de la FNTV (Fédération Nationale des Transports de Voyageurs), pour justifier le retard pris dans la mise en accessibilité des transports scolaires. Le ministère propose ainsi d’ « examiner, de façon concertée, la pertinence du maintien d'une exigence d'accessibilité pour l'ensemble des points d'arrêt ne desservant que les lignes de transport scolaire » et considère que le transport spécialisé « s’avère tout à fait pertinent » pour les élèves en situation de handicap.

     

    Alors que ces dernières années ont été marquées par des améliorations dans l’inclusion des enfants en situation de handicap à l’école, le ministère propose un retour en arrière considérable, excluant ces derniers du transport scolaire classique.

     

    L’APF attend du Comité interministériel du handicap du 25 septembre prochain, des annonces et des mesures concrètes pour garantir l’échéance de mise en accessibilité de la France au 1er janvier 2015. Près de 40 ans après la première loi sur l’accessibilité, les personnes en situation de handicap ne peuvent plus attendre !

  • PAS DE RENTREE POUR TOUS LES ENFANTS

    extrait du blog FAIRE FACE - 3 septembre 2013

    Une nouvelle rentrée chaotique pour les élèves handicapés: n'hésitez pas à nous envoyer vos témoignages !

     

    Il y a les annonces pour l’avenir, et puis il y a la réalité d’une rentrée une nouvelle fois chaotique pour beaucoup d’enfants handicapés. Le 22 août, le gouvernement annonçait la titularisation progressive, à partir de la rentrée 2014, des assistants d’éducation (AED) accompagnant les élèves en situation de handicap. Et le recrutement, dès cette rentrée, de 8 000 contrats aidés supplémentaires pour assurer les fonctions d’auxiliaire de vie scolaire (AVS), en renfort des 28 000 AED et des 26 000 contrats aidés existants. Mais, délais de recrutement et de formation obligent, tous ne sont bien évidemment pas à pied d’œuvre, dès ce 3 septembre. De nombreux enfants en situation de handicap ont donc fait leur rentrée, sans être accompagnés par un AVS, ou pas à hauteur du nombre d’heures qui leur a été notifié par la Commission des droits et de l’autonomie.

     

    13 000 enfants à la maison

    Pour d’autres enfants, la situation est pire encore. Faute de places en nombre suffisant dans les établissements spécialisés, ils ont dû rester chez eux. Une situation qu’avait dénoncée le défenseur des droits, dès le mois de juillet. « Près de 13 000 enfants sont toujours sans solution, à la maison », déplore la Fnaseph, une fédération d’associations.

    Enfin, la réforme des rythmes scolaires, qui démarre dans 20% des communes dès cette année, amène un lot supplémentaire d’incertitudes pour les élèves en situation de handicap. La loi prévoit en effet que les mairies mettent en place des activités périscolaires, sur les plages horaires libérées par la nouvelle organisation de la semaine (neuf demi-journées de cours, contre huit auparavant). Mais ces activités seront-elles accessibles aux enfants en situation de handicap ? Qui les assistera durant ces activités qui ne sont pas obligatoires alors que les AVS n'ont vocation à intervenir que durant le temps scolaire ? Faire Face attend vos témoignages : en commentaires à cet article ou à faire-face@apf.asso.fr.  Franck Seuret

  • ECOLE et HANDICAP les médias alertent l'opinion publique

    Pas d’école pour 6000 enfants en situation de handicap !

    Après les associations, les média tirent le signal d’alarme : 

     

    Europe 1 déclare que les associations ont alerté le défenseur des droits du non respect de la loi de 2005 sur le handicap, mais : « à la rentrée prochaine, 6.000 enfants handicapés n'auront pas de places dans des établissements médicalisés ou adaptés ». 

    Trouver un lieu d'accueil pour son enfant en situation de handicap, est trop souvent devenu mission impossible. 

     "Il y a un manque de places qui existe depuis quelques années et qui ne permet pas que les enfants soient accueillis alors qu'une décision a été prise par la Maison départementale des personnes handicapées pour qu'ils puissent faire leur scolarité dans des conditions normales dans un institut médico-éducatif", explique Marie Derain, Défenseure des droits chargés des droits des enfants, Conséquence, "la plupart du temps ces enfants sont contraints de rester chez eux." 

    Pourtant, rappelle le Magazine Elle, la loi prévoit que : tout enfant, tout adolescent présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé doit être inscrit dans l'école de son quartier ». Et qu’il « pourra ensuite être accueilli dans un autre établissement, en fonction du projet personnalisé de scolarisation ».  

    M. Derain affirme qu'il est encore temps d'agir, et "de se mettre autour de la table pour envisager des solutions pour ces enfants dès la rentrée de 2013."

    NDLR : Va falloir se presser !!!

     

    Pour lire les articles : 

    http://www.elle.fr/Societe/News/A-la-rentree-pas-d-ecole-pour-6-000-enfants-handicapes-2476822

     et

    http://www.europe1.fr/France/6-000-enfants-handicapes-sur-la-touche-1581527/

     

    extrait blog parents d'enfants en situation de handicap