Enfants - Page 2

  • ENFANTS - HANDICAP

    Handicap : «La prestation proposée en Belgique doit correspondre à nos exigences de qualité»

    Des enfants en situation de handicap français sont pris en charge en Belgique.

    Pour en savoir plus, à lier une article du journal "Libération".

    Suivez le lien:

    http://www.liberation.fr/societe/2014/05/07/handicap-la-prestation-proposee-en-belgique-doit-correspondre-a-nos-exigences-de-qualite_1011669

  • INITIATION HANDIDANSE de 4 à 14 ans

    PARTICIPEZ A UN APRÈS MIDI D'INITIATION A L'HANDIDANSE DANS LE CADRE D'UN ATELIER PARENTS / ENFANTS

    GRATUIT

    de 4 à 14 ans le samedi 19 avril 2014 de 15h à 17h

    Bretagne de Marsan à proximité immédiate de Mont de Marsan.

     

    Dominique Peyronne professeur diplômée de handidanse vous attend nombreux.

    Les cours d'handidanse permettent entre autres d'accéder à la culture.

    L'accès aux mouvements, l'écoute musicale : la synchronisation de ces deux actions permet aux handidanseurs de vivre des  sensations oubliées, insoupçonnées ou inconnues.

    L'échauffement du corps, la réalisation d'enchaînements, de chorégraphies procurent une sensation de liberté.

    Tous ces exercices ont une visée artistique et non fonctionnelle (liberté du mouvement sans contrainte comme cela se retrouve dans les prises en charges médicales ou paramédicales indispensables). C'est découvrir son corps autrement.

    L'handidanseur est son propre maître, il devient acteur de ses mouvements.

    La danse est une médiation qui permet de s'exprimer, de s'affirmer et de stimuler des champs émotionnels qui procurent du plaisir. Cette discipline utilise des outils pédagogiques adaptés. Cette adaptation est nécessaire pour valoriser la personne, développer le potentiel de chacune et surtout de la rendre autonome.

    La liberté d'exécution, la créativité, le fait d'interpréter sa propre gestuelle, permettent à chaque danseur de développer un potentiel artistique propre à chacun.

    Inscriptions et réservations: 05.58.74.67.92 ou par mail dd.40@apf.asso.fr demandez Vanessa

    HANDIDANSE jepg.jpg

     

  • ATELIERS HANDIDANSE pour les enfants et les ados

    HANDI DANSE ESSAI.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    NOUVEAU

    La Délégation départementale de l'APF organise durant les vacances scolaires,des ateliers pour les enfants et adolescents en situation de handicap moteur et valides qui souhaitent découvrir l’handidanse (tous niveaux).

    Ces ateliers seront animés par Dominique PEYRONNE, professeur diplômée d’Etat en danse et handidanse et responsable régionale de la Fédération Française de handidanse.

     

    La première session aura lieu les 26, 27 et 28 février 2014 à         Bretagne de Marsan (près de Mont de Marsan).

     

    Tarif : 35 € pour les 3 jours (ateliers en fonction de l’âge)


    Renseignements et inscription :
    Délégation Départementale des Landes de l’APF
    05 58 74 67 92 - dd.40@apf.asso.fr

     

  • Actualités Enfants TV

    17/01/2014  Faire Face

    J’ai déjà regardé pour vous : Zone interdite dimanche sur M6, une enquête-choc sur les centres qui maltraitent les enfants handicapés

     

    « Comment imaginer restituer une position de dignité à ces personnes si on les maintient dans ce contexte-là ? » « Ces personnes », ce sont des enfants polyhandicapés accueillis à l’Institut-médico éducatif (IME) de Moussaron, à Condom, dans le Gers. « Ce contexte », c’est celui d’un des bâtiments, vétuste, de l’IME où certains jeunes résidents sont mis sur des pots dans une salle commune, car les WC ne sont pas suffisamment nombreux ; sont lavés dans cette même salle commune, sans aucun respect de leur intimité ; dorment dans d’étroits boxes vitrés, fermés à clé, faute de place dans les dortoirs ; passent la nuit, pour la plupart, attachés sur leur lit, etc. Et cette question, c’est Eric Lemonnier, pédopsychiatre au CHU de Brest qui la pose.

    L'équipe de Zone interdite, l'émission de M6, lui a montré la vidéo, réalisée en caméra cachée par une éducatrice de l'IME Moussaron, accusé de « maltraitance institutionnelle » par l’Agence régionale de santé de Midi-Pyrénées. Ces images, très dures, ont été tournées, à l’initiative du réalisateur Nicolas Bourgoin, avant que l’affaire n’éclate sur la place publique, en novembre, suite à la mobilisation d’un collectif. Mais son documentaire de 90 mn ne se limite pas au cas de Moussaron : il lève le voile sur les dérives maltraitantes de certains établissements accueillant des enfants en situation de handicap mental. Enfants handicapés, révélations sur les centres qui les maltraitent, sera diffusé dimanche 19 janvier à 20h50, sur M6.

     
    http://www.m6.fr/emission-zone_interdite/videos/11339500-enfants_handicapes_revelations_sur_les_centres_qui_les_maltraitent.html
     
     

    Des résidents « bourrés de médicaments »

    Il nous emmène près d’Arras, dans le Pas-de-Calais, où se déroule le procès de trois éducatrices, accusées d’actes de maltraitance. On les voit frapper et humilier des résidents sur des vidéos tournées, avec une montre-caméra, par David un de leurs collègues, qui ne supportait plus leurs agissements. C’est lui qui avait alerté la gendarmerie, images à l’appui.

    Le documentaire nous conduit également en Belgique, où les parents d’une jeune fille autiste, Eva, visitent les locaux d’un établissement, accompagnés du réalisateur, équipé d’une caméra cachée. Les locaux sont bien loin des normes françaises, et des conditions que pourrait offrir l’IME proche de chez eux… mais qui ne peut accueillir Eva, faute de place. 6 000 Français sont accueillis en Belgique, où le bon côtoie le pire, comme cette "usine à Français". « Ça peut être extrêmement rentable, confie cyniquement l’un de ses administrateurs, qui ignore qu’il est filmé. C’est pour ça qu’on parle d’usine » où les résidents sont « bourrés de médicaments », pour faciliter la tâche des salariés. 

    Au moins 20 000 places manquantes en France

    Ce documentaire-choc, extrêmement bien fait, dénonce également le nombre insuffisant de contrôles réalisés par les Agences régionales de santé dans ces établissements médico-sociaux, dont ils ont la tutelle, et les obstacles que rencontrent les salariés voulant dénoncer des actes de maltraitance. Et il donne longuement la parole aux parents : ils expriment tout à la fois l’amour porté à leur enfant et l'abnégation nécessaire pour s'en occuper, 24 heures sur 24. Ce qui les amène à vouloir trouver des solutions d’accueil, à temps plein ou temps partiel. Mais la France manque cruellement de places…  Au moins 20 000, selon les estimations de Faire Face. Tout juste peut-on reprocher au réalisateur de ne pas avoir pris le temps de bien montrer quelle prise en charge pouvait offrir un établissement de qualité, comme il en existe de très nombreux dans notre pays.Franck Seuret