Web Actualités

images.jpg

Un mannequin en fauteuil roulant, le bon coup de pub de Diesel

Emilie Brouze | Journaliste Rue89
 

Jillian Mercado dans la dernière campagne Diesel (Capture d’&eacute ; cran de Diesel.com)

Dans sa dernière campagne de pub, la marque de prêt-à-porter Diesel a, parmi ses top-modèles, la blogueuse mode new-yorkaise Jillian Mercado. Moins commun : elle pose dans son fauteuil roulant. La jeune femme de 26 ans, qui travaille pour le magazine We The Urban, est atteinte de dystrophie musculaire.

« Je suis convaincue que travailler dans l’industrie de la mode m’a fait prendre confiance en moi car on n’avait jamais vu quelqu’un en fauteuil roulant dans la mode », raconte-t-elle dans une vidéo.

Le rôle du handicapé

« C’est certainement un coup de pub, un coup de com’ », relève Pascale Ribes, vice-présidente de l’Association des paralysés de France (APF). « Mais c’est quand même positif. »

« Finalement, on dépasse le diktat de la beauté, du corps parfait. Enfin on considère que la beauté peut être représentée par une personne en situation de handicap. Ça reflète la diversité, ça permet de lever un tabou. »

Dans les rares apparitions de handicapés dans les pubs ou les programmes télé, ces derniers sont souvent cantonnés au rôle, bien lourd, de la personne qui a un handicap.

« Cet homme est différent... »

L’acteur trisomique Pascal Duquenne était, en 2009, la vedette d’un opérateur mobile, Simyo :

« Cet homme est différent, il ne paie ses appels que 19 centimes la minute. »

Plus récemment, un ancien candidat d’émissions culinaires, Grégory Cuilleron, né avec une agénésie de l’avant-bras, faisait la pub de planchas.

On se souvient aussi de l’athlète Oscar Pistorius, égérie de Nike ou d’un parfum de Thierry Mugler. Avant qu’il ne soit accusé du meurtre de sa petite-amie et que le groupe de cosmétiques français Clarins retire sa campagne.

Les commentaires sont fermés.