• LIVRE D'OR

     

     

    _250Barbier Jean-Marie.jpg

    Si vous le souhaitez, vous pouvez laisser vos messages de sympathie sur le livre d'or en suivant ce lien. ils seront transmis à la famille de monsieur Jean-Marie BARBIER

     

    http://hommage.e-monsite.com/livre-d-or/

  • HOMMAGES à Jean-Marie BARBIER

     

    SOURCE: blog Patrick TRANNOY

     

    Le décès de Jean-Marie Barbier, qui présidait jusqu'à récemment l'Association des Paralysés de France, m'émeut et m'attriste. Je le connaissais peu. Mais j'imagine la douleur de ses proches, de tous les adhérents de l'APF, de toutes les personnes en situation de handicap. Ce sont aussi tous les citoyens qui perdent un homme engagé, porteur d'une vision fraternelle de la nation : car la question des personnes en situation de handicap nous renvoie tous au modèle de société que nous promouvons.

    Mon plus vif souvenir de Jean-Marie Barbier, c'était le 18 mai 1994, en l'église Saint Albert, à Paris : il prenait la parole, étouffant pudiquement ses sanglots, pour rendre hommage à André Trannoy, Président-fondateur de l'APF. Ce n'était pas un éloge officiel, convenu. Non, c'était l'hommage d'un homme qui, bravant le handicap, avait étudié, travaillé, milité, d'abord parce qu'il avait trouvé en lui les ressources nécessaires, aussi parce que l'APF et la fondation Ellen Poidatz lui avaient, enfant, tendu la main. Jean-Marie Barbier a en partie grandi à Saint Fargeau, dans ce centre alors dirigé par le Président de l'APF, André Trannoy, et dont j'ai tant entendu parler en famille. D'ailleurs, "Saint Fargeau" faisait, en quelque sorte, partie de la famille. Et Jean-Marie Barbier tout particulièrement, dont la vie témoigne de ce qu'il a fait sienne la devise d'André Trannoy : "Risquer l'Impossible".

    La mémoire d'André Trannoy ne m'appartient pas ; je n'oserais prétendre être le dépositaire de tant de courage et de tant d'altruisme. Mais qu'il me soit permis, simplement, d'associer ici son nom aux signes de reconnaissance envoyés à Jean-Marie Barbier, et aux message de compassion adressés à ses proches.

    Patrick Trannoy



    source: site du gouvernement

    Décès de Jean-Marie Barbier - Réaction du Premier ministre

    23/10/2013
     

    Le Premier ministre a appris avec beaucoup d'émotion le décès de Jean-Marie Barbier, Président de l'association des paralysés de France jusqu'à ces derniers mois.

    Il souhaite saluer le militant qui a mis son engagement au service des personnes en situation de handicap, de leurs familles, de leurs proches, et de leurs droits.

    Son ambition, portée par sa très grande détermination et sa force de conviction, était de rendre la société plus ouverte à tous, plus inclusive, pour que les personnes en situation de handicap puissent exercer pleinement leur citoyenneté.

    Le Premier ministre souhaite présenter à son épouse et ses enfants, ainsi qu'à ses proches, ses sincères condoléances et leur exprimer toute sa sympathie face à la disparition d'un homme dont la vie a été un engagement.

     

     source: gouv.éducation

    Réaction de George Pau-Langevin au décès de Jean-Marie Barbier : "Nous perdons un homme d'engagement "
    Communiqué de presse - George Pau-Langevin - 23/10/2013


     

    C’est avec tristesse que j’apprends le décès de Jean-Marie Barbier, ancien Président de l'Association des Paralysés de France (APF). Il a contribué par ses convictions et sa vision à rendre notre société plus inclusive, plus solidaire.

    Contributeur déterminé à la loi de 2005 en faveur des personnes handicapées, son action fut essentielle pour permettre aux enfants en situation de handicap d’être scolarisés au sein des écoles de la République avec leurs pairs. Car il le savait, c’est à l’école que tout se joue, c’est à l’école que les enfants apprennent à vivre ensemble ; dans une école accessible à tous, quel que soit le type de handicap.

    Nous perdons tous un homme d’engagement, dont les luttes ont permis une meilleure inclusion des personnes en situation de  handicap. J’adresse toute ma sympathie à sa famille, à ses proches et à tous les membres de l’APF.



     
  • Décès de Jean-Marie Barbier: l'APF en deuil

    source: site APF

    _250Barbier Jean-Marie.jpg

    C'est avec une immense tristesse et beaucoup d'émotion que l'Association des paralysés de France (APF) a appris la disparition de Jean-Marie Barbier, président de l'association de mars 2007 à avril 2013. Jean-Marie Barbier est décédé mardi 22 octobre, des suites d'une atteinte cérébrale. L'APF pense tout particulièrement à son épouse et à ses trois enfants, et tient à leur adresser ses sincères condoléances.

    « Enfant de l'APF », adhérent de « toujours », entré au Conseil d'administration de l'APF en 1987, Jean-Marie Barbier a été président de l'association de mars 2007 à avril 2013. De nombreux combats ont été menés durant ses années de présidence, notamment la manifestation      « Ni pauvre ni soumis » du 29 mars 2008, l'adoption du projet associatif " Bouger les lignes ! Pour une société inclusive » et la concrétisation des processus de démocratie interne dans toutes les strates de l'association.

    L'APF perd en ce jour l'un de ses piliers, un militant fervent, une figure charismatique qui a dédié une grande partie de sa vie à la défense des droits des personnes en situation de handicap et de leur famille, à l'APF et à ses acteurs dont il était très proche.

    Jean-Marie Barbier, en situation de handicap depuis sa naissance, a milité à l'APF depuis presque toujours (son père était déjà militant à l'APF). Il a fait connaissance de l'association lors de séjours de vacances, d'abord en tant que vacancier puis animateur jusqu'en 1983. Il a ensuite intégré le Conseil d'administration de l'association en 1987, âgé de seulement 29 ans. En parallèle, il réussit des études supérieures – titulaire d'une maîtrise en mathématiques et en informatique – et travaille comme ingénieur en informatique.

    Au sein du Conseil d'administration, Jean-Marie Barbier occupe différents postes : administrateur, trésorier adjoint, trésorier puis vice-président à partir de 2000. Il a été en charge du suivi de la mise en œuvre du Projet associatif 2000-2005, puis président du comité de pilotage du Projet 2006-2011, « Acteur et citoyen ! », adopté au congrès de juin 2006.

    Élu à la présidence de l'association le 24 mars 2007, Jean-Marie Barbier s'est distingué par son militantisme, son implication et sa proximité avec les acteurs de l'APF.

    Ainsi, de nombreux combats ont été menés et notamment :

    • la manifestation « Ni pauvre ni soumis » qui a réuni 100 associations et 35 000 personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante dans les rues de Paris le 29 mars 2008 et qui a permis l'augmentation de l'AAH de 25% en 5 ans ;
    • l'édition du plaidoyer de l'association « Construire une société ouverte à tous ! »
    •  l'adoption du projet associatif « Bouger les lignes ! Pour une société inclusive » ;
    • la concrétisation des processus de démocratie interne dans toutes les strates de l'association.

    Il a également été président de la Commission des Délégations et du groupe Finances Ressources; et représente ou a représenté l'APF dans plusieurs organismes – dont le Conseil de Surveillance de la CNAF, le CCAH, le CLAPEHAA, l'UNIOPSS, Handas et le Conseil national consultatif des personnes handicapées. Il a également été vice-président de la CNSA et vice-président de l'observatoire interministériel de l'accessibilité et de la conception universelle.

    Il a, par ailleurs, été fait Chevalier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur le 30 septembre 2009.

    L'APF communiquera les renseignements concernant ses obsèques dès que possible.

  • PROJET DE LOI DES FINANCES 2014 ET HANDICAP

     

    Réflexe Handicap APF.org

    La douche froide !

    Alors que l’examen du projet de loi de finances (PLF) pour 2014 débute aujourd’hui à l’Assemblée nationale, l’Association des paralysés de France (APF) est particulièrement préoccupée par différentes mesures concernant l’emploi, les ressources des personnes en situation de handicap et la compensation des surcoûts liés au handicap. En effet, ces orientations sont contraires à l’élan initié par le Comité interministériel du handicap (CIH) du 25 septembre dernier.

    Le gouvernement annonçait lors du CIH vouloir relever « Le défi de l’égalité ». L’APF lui lance le défi des actes !

    > Emploi : les entreprises adaptées (EA) sacrifiées sur l’autel de la rigueur budgétaire ?

    Après une année 2013 marquée par le renoncement du gouvernement à l’engagement de créer 10 000 places en Établissements et services d’aide par le travail (ESAT), c’est maintenant un second renoncement qui vise cette fois les travailleurs des Entreprises adaptées (EA). En effet, le PLF 2014 propose la suppression de 1000 aides au poste en EA. Cette annonce constitue une très mauvaise nouvelle pour les personnes en situation de handicap, déjà frappées de plein fouet par le chômage (près de 400 000 personnes en situation de handicap au chômage et une hausse de 60% de celui-ci en 4 ans) ; et aussi un très mauvais signal envoyé au secteur protégé ainsi qu’aux entreprises privées et publiques qui œuvrent pour répondre au mieux aux obligations d’emploi de travailleurs handicapés.

    Cette mesure remet en cause l’engagement conclu le 22 décembre 2011 pour 3 ans par un Pacte pour l’emploi en EA, sous l’égide du Premier ministre.

    Quid de la priorité donnée à l’emploi par le gouvernement ?

    L’APF appelle le gouvernement à être cohérent entre ses paroles et ses actes et demande un réexamen de cette situation afin d’apporter une réponse efficace et durable pour un retour à l’emploi des personnes en situation de handicap.

    > Ressources : un quinquennat sous le signe de la pauvreté des personnes en situation de handicap ?

    L’augmentation de l’allocation adulte handicapé (AAH) de 1,75% au 1er septembre dernier a provoqué une vive déception pour les personnes bénéficiaires de l’AAH qui vivent toujours largement sous le seuil de pauvreté. Alors que l’APF demandait au gouvernement d’apporter, dans le cadre du PLF 2014, une réponse durable à la précarité des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante, l’annonce de la revalorisation de 1,3% pour l’année 2014 est inacceptable ! Si le niveau prévisionnel d’inflation est estimé à 1,3% pour 2014, la faible et unique revalorisation de l’AAH constituera une stagnation voir une dépréciation du pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap.

    L’APF attend donc beaucoup de la mission confiée à François Chérèque sur l’étude des phénomènes de précarité des personnes handicapées dans le cadre du suivi du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

    Toutefois, dès aujourd’hui, un signe fort est nécessaire.

    > Compensation du handicap : des surcoûts se rajoutant à la précarité des personnes ?

    En 2011, face à la dégradation financière de nombreux fonds de compensation, l’Etat, qui avait arrêté de les abonder depuis 2008, a de nouveau mobilisé une enveloppe de crédits de 11 millions d’euros pour la période de 2011 à 2013. Cette période arrive à échéance et le gouvernement reste silencieux à ce sujet.

    Or les personnes en situation de handicap et leur famille ont besoin des fonds de compensation pour pouvoir faire face au financement des restes à charge concernant très souvent des acquisitions d’aides techniques, d’aménagement de logement, de véhicule, des frais de transports, etc. Une situation inacceptable pour les usagers et leur famille tant qu’un droit à compensation intégral effectif n’est pas garanti.

    L’APF demande donc la réintégration de la cote part de l’Etat dans le budget des fonds afin de permettre la continuité de fonctionnement de ces fonds.

     

    Toutes ces mesures constituent une véritable « douche froide » pour les personnes en situation de handicap après un CIH montrant pourtant une volonté politique ambitieuse. Le gouvernement annonçait lors du CIH vouloir relever « Le défi de l’égalité ». L’APF lui lance le défi des actes !