INCLUSION SCOLAIRE

Source: blog Faire Face APF

Une pétition pour l'inclusion scolaire a déjà recueilli plus de       25 000 signatures sur change.org

Magali Pignard parle de désintégration et d'exclusion quand elle retrace le parcours scolaire chaotique de son fils de 8 ans, Julien. Des mots forts pour témoigner « d’une éducation à l’école de la République complètement éparpillée » : six heures hebdomadaires seulement alors que le jeune garçon autiste bénéficiait de 12 heures d’accompagnement par un auxiliaire de vie scolaire (AVS) notifiées par la MDPH, des heures passées dans le couloir ou isolé dans la classe avec son AVS. « Il était toléré mais la maîtresse ne s’occupait pas de lui. » Aujourd’hui, Julien n’est plus scolarisé. Et cela fait deux ans que ça dure.

Rejointe par des parents et enseignants regroupés dans un collectif baptisé Collectif pour l'Inclusion, Magali Pignard a décidé de lancer, le 3 septembre, jour de la rentrée, une pétition intitulée L’inclusion scolaire c’est maintenant ! via le site change.org. Objectif ? « Soutenir et encourager ce projet ambitieux d’une école de plus en plus inclusive car, pour l’heure, l’inclusion est plus dans les discours que dans les faits », comme le souligne ce texte, chiffres à l’appui.

 

Des propositions et des ministres sollicités

Déjà plus de 25 000 personnes ont signé cette pétition et le collectif espère bien atteindre les 30 000 signatures avant de la remettre, fin octobre, au Premier ministre et aux ministres concernés : Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, George Pau-Langevin, ministre déléguée auprès du ministre de l'Éducation nationale, chargée de la réussite éducative et Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées. 

Parmi les mesures demandées : instaurer de bonnes conditions de scolarisation des enfants présentant des handicaps dans les classes ordinaires avec des enseignants et auxiliaires de vie scolaire (AVS) formés au handicap ; créer des services d’éducation spécialisée et de soins à domicile (Sessad) en plus grand nombre ; assurer la continuité du parcours scolaire lors du passage de l’école primaire au collège et mettre en place des classes inclusives expérimentales (classe ordinaire comprenant un quart d’élèves handicapés et fonctionnant avec deux enseignants dont l’un est spécialisé).

Le collectif appelle également d’autres parents à le rejoindre, quel que soit le type de handicap de leur(s) enfant(s). En envoyant un mail à mpignard@yahoo.fr

Valérie Di Chiappari - Visuel DR

Commentaires

  • Merci à Magali Pignard pour son témoignage et bien-sur que je signe la pétition !

Les commentaires sont fermés.